Home

Phytofar est l'Association belge de l'industrie des produits de protection des plantes. Phytofar promeut un usage responsable des produits phytopharmaceutiques pour garantir une agriculture durable, respectueuse de l'homme, des animaux et de l'environnement.


    L’industrie des produits phytosanitaires pour garder le jardin et la terrasse propres en toute sécurité a consenti ces dernières années de nombreux investissements dans la formation et l’information sur leur bon usage. Phytofar est heureuse de constater que, selon une enquête réalisée par la « Vlaamse Milieumaatschappij » (VMM, l’agence flamande de l’environnement), la majorité de la population flamande est conscientisée à l'utilisation durable des produits phytopharmaceutiques.
  • 94 % des répondants lisent les étiquettes et 80 % utilisent des équipements de protection individuelle tels que des gants, des bottes ou un masque. En 2010, 79 % lisaient les étiquettes, selon le baromètre européen.
  • - 45 % des répondants font confiance à des experts comme des jardiniers ou des employés de magasin spécialisé pour choisir un type de produit phytosanitaire. Ces derniers ont un certificat de compétence, la phytolicence, qui garantit qu’ils disposent des connaissances nécessaires. Ce chiffre est encourageant, il montre que les particuliers s’adressent aux bonnes personnes pour obtenir des informations. Ici encore, nous soulignons l'importance du centre d'appel de Malin dans le jardin que vous pouvez contacter au numéro gratuit 0800 62 604 si vous avez des questions.
  • Les restes de produits et les emballages vides sont généralement (à 84 %) traités correctement, par exemple en les apportant au centre de recyclage.
Points moins positifs : 16 % des répondants ne recyclent pas encore correctement leurs emballages, et même 2 % des utilisateurs jettent leurs produits périmés ou les résidus de produits dans l'évier ou à l'égout. En outre, il est inquiétant que 10 % des personnes interrogées environ montrent de l’intérêt pour des méthodes alternatives illégales. Les effets sur l’environnement ou la santé publique des produits qui ne sont pas autorisés par le gouvernement fédéral pour la protection des plantes (par exemple l’eau de Javel) ne sont pas testés de manière approfondie, et leurs étiquettes et les instructions d’utilisation ne sont pas adaptées. Les risques pour l’environnement et l’homme peuvent être plus grands

La VMM a mené une enquête en mai 2017 auprès de la population flamande. Le rapport « “Le jardin flamand avec ou sans pesticides  » vient d'être publié. Lisez aussi nos 10 conseils pratiques pour une utilisation sûre et responsable des produits de protection des plantes et le communiqué de presse du printemps passé «Êtes-vous prêt à réinvestir votre jardin ».


 
 
16-10-2017 - L'innovation est la clé d'une transition réussie vers une économie circulaire et la résolution du défi climatique. Tel est le message clé de la cinquième édition du rapport de développement durable que la fédération sectorielle essenscia a présenté.

Le nouveau rapport de durabilité publié en ligne sur illustre par le biais de plus de 40 indicateurs et d'une centaine d'exemples, les progrès continus réalisés par le secteur dans les trois domaines clés du développement durable: People, Planet et Prosperity. La chimie, les matières plastiques, la pharmacie et les biotechnologies belges s’engagent pleinement dans l’atteinte des Objectifs mondiaux de développement durable des Nations Unies. Néanmoins, une étude de l'Université Catholique de Louvain (UCL) souligne que le secteur doit communiquer encore plus clairement sur ses efforts en termes de durabilité.
 
L’association belge de l’industrie des produits de protection de plantes, Phytofar, fait partie de ce secteur de la chimie et les sciences de la vie. Nos membres font des grands efforts pour combiner l’innovation et l’environnement de manière durable. Dans ce contexte, le secteur ambitionne de réaliser de nouvelles économies d'énergie et de permettre une transition vers une société bas carbone dans laquelle le CO2 n'est plus un gaz à effet de serre, mais une matière première à haute valeur ajoutée. En augmentant le niveau de recyclabilité, en dématérialisant et en recherchant des produits chimiques renouvelables, le secteur se veut un pionnier de l'économie circulaire.

Lisez le communiqué de presse complet.

Le 1er septembre 2017 - Qu’il s’agisse de votre voiture, de votre rouge à lèvres, du vaccin contre la grippe ou de tout autre produit, l’Europe s’emploie à harmoniser les normes de sécurité et les conditions de mise sur le marché de tous les produits imaginables. C’est ce que l’on appelle communément les « normes de produit ». Ce faisant, l’Europe garantit à tous les citoyens européens une qualité des produits uniforme et sûre. Collaborer à l’échelle européenne offre en outre d’autres avantages comme l’assurance d’une utilisation efficiente en matière de recettes publiques et de personnel, et donc de vos impôts. Les citoyens ont également la garantie que leurs produits seront soumis à une analyse des risques rigoureuse, que différents spécialistes issus des agences européennesi, de la Commission européenne et des autorités nationales compétentes s’efforcent de conduire dans le respect du principe de précaution. Un cadre qui permet à tous les producteurs et au commerce d’innover, d’investir et de commercialiser leurs produits. Avec la prospérité et le bien-être à la clé pour les consommateurs.

Communiqué de presse

  Phytofar, l’Association belge de l’industrie des produits de protection des plantes, considère qu’il relève de sa responsabilité de participer à la diffusion d’informations claires concernant cette matière complexe que représente le glyphosate (et tous les autres produits de protection des plantes). Voilà pourquoi nous souhaitons attirer votre attention sur la situation absurde résultant du vote par les trois régions de Belgique d’une règle différente pour l'utilisation des produits contenant du glyphosate.
 
Veuillez trouver en annexe le communiqué de presse.

Phytofar, considère qu’il relève de sa responsabilité de participer à la diffusion d’informations claires concernant cette matière complexe que représente le glyphosate (et tous les autres produits de protection des plantes). Voilà pourquoi nous souhaitons attirer votre attention sur les analyses menées par les autorités compétentes belges et européennes.

Communiqué de presse

 
Le 30 mai 2017, l’Assemblée générale de Phytofar avait pour décor le jardin botanique de Meise. Thème de la journée Crop Protection in Sustainable Food Production.


  Bruxelles, 21 mars 2017 - Les produits de protection des plantes (PPP) constituent une solution de premier plan pour protéger efficacement les matières premières agricoles comme les céréales. La majorité des cultures sont cultivées en plein champ et font l’objet d’une protection contre toutes sortes de maladies et de ravageurs. L’un des défis principaux consiste à éviter que des PPP ne finissent dans les cours d’eau. L’industrie des PPP contribue à relever ce défi en mettant en oeuvre de nombreux projets visant à respecter les normes strictes de qualité de l’eau. Parmi ces initiatives, on retrouve le projet TOPPS, coordonné au niveau européen.

Communiqué de presse

 
 
Le 26 mai dernier, Phytofar organisait son Assemblée générale au Palais d’Egmont de Bruxelles. L’événement se déroulait sous le signe des 75 ans d’existence de Phytofar. L’histoire riche de notre association fut mise à l’honneur avec la présentation du livre consacré à notre secteur en Belgique et écrit par Paul Muys, ancien journaliste de la VRT. L’actualité de Phytofar et du secteur furent abordés dans les exposés de Martine Delanoy, représentante du Ministre fédéral de l’Agriculture, Willy Borsus, et Matthew Phillips, Director Crop Protection and Seeds de PhillipsMcDougall.
Le journaliste Guy Janssens a ensuite animé le débat consacré à l’avenir du secteur avec :
  • Bernard Haspeslagh (COO Ardo)
  • Pierre André (président de la Fédération des Jeunes Agriculteurs)
  • Lieve Wierinck (Parlementaire européenne, ALDE)
  • Peter Jaeken (secrétaire général de Phytofar)
Bert Kruismans a clôturé l’événement avec une touche humoristique dont il a le secret. Les participants ont ensuite été invités à une réception et un walking dinner dans la salle des Miroirs du Palais d’Egmont.

    AgriRecover collecte les emballages phytopharmaceutiques vides et les produits phytopharmaceutiques non utilisables de tous les utilisateurs professionnels.
Vous trouverez ici plus d'informations sur AgriRecover.