Abeilles

Eau    |    Biodiversité    |    Abeilles

Mortalité des abeilles: diverses causes

Les spécialistes des abeilles, les scientifiques et les autorités du monde entier sont tous d’avis que divers facteurs sont responsables de la mortalité des abeilles. Les problèmes liés aux abeilles peuvent être attribués à des maladies et parasites (en particulier la mite Varroa), des conditions environnementales et climatiques extraordinaires, la réduction de l’approvisionnement alimentaire mais aussi à des pratiques agricoles et apicoles.

Jusqu’à ce jour, il n’est pas confirmé que les produits de protection des plantes, utilisés selon les prescriptions reprises sur l’étiquette, jouent un rôle dans la mortalité des abeilles. En France par exemple, la mortalité n’a pas diminué malgré l’interdiction de l’utilisation d’un nombre important de néonicotinoïdes (un groupe particulier d’insecticides). D’autre part, en Australie où des produits de protection de plantes similaires sont utilisés, aucun problème de mortalité d'abeilles n’est signalé, mais il semble qu’il n’y a pas non plus de contamination par la mite Varroa.
Documents Sites web
Pesticides and Biodiversity – Agricultural Productivity and Biodiversity Conservation. - EN (2013) 
Brochure réalisée par ELO & ECPA

Bij zoekt boer - NL (2013)  
Le Brabant flamand sur la brèche pour les abeilles

Bee health in Europe, facts & figures - OPERA research - EN (2013)

Boeren voor bijen - NL (2012) 
Brochure réalisée par Inagro en collaboration avec Phytofar


Le monde des abeilles - Mens N° 51 (2011) 

Pollinators & Agriculture - EN ( 2011) 
Brochure réalisée par ELO & ECPA

Agricultural productivity and pollinator protection - EN (2011)
Brochure réalisée par ELO & ECPA

Les pesticides sont-ils responsables de la disparition des abeilles?  (2011)
Présentation du Dr. Bach Kim Nguyen et Pr. Eric Haubruge. Celle-ci reprend les résultats de l’étude belge sur la surveillance des champs dans laquelle le lien entre le maïs traité avec des néonicotinoïdes (NNI) et la mortalité des abeilles est recherché.


Honeybee Health - EN (2010) 
Commission Européenne DG Health and Consumers 

EFSA report on bee mortality - EN (2010) 

Film

Pesticides and Pollinators: The crop protection industry talks bee testing and pollinator health - EN (2013) - Une vidéo de ECPA "Quelle est la position de l’industrie des produits de protection des plantes par rapport à la mortalité des abeilles de ces dernières années ?"
Pollination station - EN 
EFSA - page sur des abeilles 
ECPA
INAGRO - Page sur des abeilles - NL
Vive les abeilles

Communiqués de presse de Phytofar

Communiqué de presse de Phytofar (30/04/2013) - L'interdiction des trois néonicotinoïdes ne résoudra pas le problème des abeilles

Communiqué de presse de Phytofar (21/03/2013) - Néonicotinoïdes et apiculture - Pas d’accord européen pour une suspension de certains usages : Phytofar en appelle à une approche proportionnée.

Communiqué de presse de Phytofar (15/01/2013) - Un rapport confirme la valeur essentielle des néonicotinoides pour l'Europe

Documents récents sur les neonicotinoïdes

Bee Health: EU-wide restrictions on pesticide use to enter into force on 1 December - EN (24/05/2013) - communiqué de presse CE

Restrictions concernant les néonicotinoïdes (16/05/2013) - communiqué de presse SPF 

Article critique sur les abeilles et les néonicotinoïdes sur les abeilles - NL (2013)
par Dr. Ir. Kees van Heemert, ancien consultant en apiculture et chercheur en apidologie – Université de Wageningen

L’interdiction des néonicotinoïdes est une fausse solution à la mortalité des abeilles - NL 
double interview dans Vilt de Peter Jaeken (secrétaire général de Phytofar) et Marc Ballekens (président de Semzabel)

Position de Phytofar sur le rapport de l'EFSA relatif aux risques des néonicotinoïdes (NNI) pour les abeilles (24/01/2013) 

EFSA identifie les risques des néonicotinoïdes (16/01/2013)

Présentations symposium sur les abeilles en Province de Flandre occidentale - NL (2010-2011) 

La commercialisation des produits de protection des plantes est précédée de nombreuses années de recherche et de développement intensifs. Entre la découverte d’une nouvelle molécule et le moment où elle peut être vendue, il s’écoule en moyenne dix ans. Durant la phase de développement, le produit est soumis à divers tests qui ont pour but d’examiner son efficacité agricole, sa sécurité pour l’utilisateur et le consommateur, ainsi que sa sécurité pour l’environnement et les organismes non visés. Par organismes non visés, on entend notamment les organismes du sol, les oiseaux, les poissons, les insectes utiles et donc aussi les abeilles.

Les tests requis dans le cadre du dossier d'agréation doivent se dérouler conformément à des directives internationales qui en stipulent les procédures d’exécution et le niveau de qualité. Les tests concernant le risque pour les abeilles sont soumis à une approche graduelle. Il s’agit dans un premier temps d’études en laboratoire, puis de la mise en œuvre progressive de conditions d’utilisation plus réalistes en plein champ. Les essais de champ sont plus vastes et leur suivi plus complexe, compte tenu des nombreux paramètres impliqués, notamment la mortalité mais aussi le comportement et la dynamique démographique. Ces données permettent de constituer le dossier d'agréation à présenter à l’autorité compétente. Cette dernière procédera à une évaluation approfondie du risque qui, elle aussi, doit être en conformité avec des directives internationales strictes.

Evaluation du risque et mesures visant à limiter le risque
Il existe une différence notable entre les notions de ‘danger’ et de ‘risque’. Le danger désigne une propriété intrinsèque d’une substance. Le risque tient également compte de la probabilité et de la mesure d’exposition à la substance. Le gaz naturel, par exemple, est dangereux en tant que matière explosive, mais le risque lié à son utilisation pour le chauffage d’habitations, est considéré comme acceptable.
Il en va de même pour les produits de protection des plantes : une évaluation approfondie doit permettre d’établir que le risque lié à l’utilisation visée est acceptable. Si c’est le cas, l’agréation est délivrée. Si le risque n’est pas jugé acceptable, soit l’agréation sera refusée, soit des mesures de limitation du risque seront imposées. Il peut s’agir d’une réduction de la dose, d’une obligation de traiter les plantes localement ou d’une limitation du nombre de traitements. En ce qui concerne les abeilles en particulier, il pourrait s’agir d’une interdiction d’utiliser le produit pendant la floraison de la plante.

Stewardship
Après obtention de l’agréation, l’industrie des produits de protection des plantes continue à suivre l’utilisation du produit. C’est ce que l’on appelle le ‘stewardship’ ou la gérance. L’une des tâches clé de la gérance concerne la communication du ‘bon usage’. S’il est possible ou indiqué d’améliorer les recommandations, celles-ci devront être actualisées et communiquées aux utilisateurs.

Adaptations des recommandations pour le traitement des semences
Un bon exemple de cette gérance concerne l’adaptation des recommandations liées au traitement des semences et à l’ensemencement au moyen de semences traitées. À ce propos, une campagne de communication intensive a été lancée qui s’adresse, d’une part, à l’industrie des semences et, d’autre part, aux agriculteurs et aux travailleurs agricoles indépendants. Début 2010, l’Autorité fédérale a introduit une mesure de précaution obligeant les agriculteurs à équiper leurs machines d’ensemencement de déflecteurs qui doivent limiter le dégagement de poussières.

Lisez ici le communiqué de presse du 22 janvier 2010 publié par le SPF Environnement concernant l’adaptation des machines d’ensemencement de maïs.

Pulvériser dans le respect des abeilles
Un autre exemple récent concerne le poster qui donne des conseils pour pulvériser sans risque pour les abeilles. Il a été rédigé conjointement par PROCLAM et Phytofar en vue d’informer les agriculteurs et les entrepreneurs de pulvérisation sur la façon de prévenir l’exposition des abeilles aux produits de protection des plantes.

Conjointement avec le PROCLAM (Centre provincial pour l’agriculture et l’environnement en Flandre occidentale), Phytofar a rédigé des conseils pour pulvériser des produits de protection des plantes dans le respect des abeilles. En quelques mots, pulvériser dans le respect des abeilles consiste à lire attentivement l’étiquette, à travailler de manière écologique, à respecter les bonnes pratiques et enfin, à bien se mettre d’accord avec les apiculteurs installés à proximité des champs à pulvériser.

Téléchargez ici le poster avec tous les conseils pour pulvériser des produits de protection des plantes dans le respect des abeilles.